[creation site internet] [creation site web] [logiciel creation site] []
[01-2- Assemblée générale]
[01-2- Assemblée générale 2015]
[01-2- Assemblée générale 2014]
[01-2- Assemblée générale 2013]
[01-2- Assemblée générale 2012]
[01-2- Assemblée générale 2011]
[01-2- Assemblée générale Photos 2015]
[01-2- Assemblée générale Photos 2013]
[01-2- Assemblée générale Photos 2012]
[01-2- Assemblée générale Photos 2011]
[00-Accueil]
[00-Accueil]
[]
[01-7- Bulletin]
[01-2- Assemblée générale]
[01-3- Concours d'Arpinum]
[01-9-Foire aux préparations]
[01-4- Iuvenalia 2016]
[01-5- Ludus Latinus]
[01-6- Matinée hellénique]
[01-8-Quaestiones]
[02-1- Le mot de la Présidente]
[02-2- Objet et objectifs]
[02-3- Historique]
[02-4- Statuts]
[02-5-Conseil d'administration]
[02-6-Devenir membre]
[03-1-1- Annonces - Actuellement]
[03-2- Activités de nos partenaires]
[04-0-0- Leçons]
[04-1-1- Ressources pédagogiques-Table ronde 2012]
[04-3-1- Défense des langues anciennes]
[04-2- Contributions des élèves - Artes]
[04-4-1- Varia]
[05-1- Prendre contact]
[05-2- S'abonner à la lettre d'information]
[06-1- Liens de nos partenaires]
[06-2- Facebook]

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ACFLA DU 19 MARS 2011

SOUS LE SIGNE DES ETRUSQUES

Sur son char lancé au triple galop, sa chevelure rousse flottant aux vents infernaux, Charun surprend le visiteur innocent qui a osé braver l'éternité pour entrer dans ce tombeau qu'il garde depuis plus de deux millénaires. Le dieu étrusque ne manque pas de rouler une prunelle sanglante  et d'exhiber des crocs acérés pour repousser les importuns.


Cette image restera sans nul doute gravée dans les mémoires des participants à la dernière assemblée générale de l'ACFLA. Celle-ci s'est tenue à l'Athénée Royal Jean Absil d'Etterbeek, ce samedi 19 mars 2011, et était placée sous le signe des Étrusques. Toute la journée a ainsi baigné dans une atmosphère particulière : l'atmosphère d'une civilisation à jamais disparue, emportant avec elle la clé de bien de ses mystères.


Mais avant de se lancer à la découverte de ce passé fascinant, nos membres ont discuté beaucoup et longuement. Tout d'abord de façon informelle, heureux de se revoir comme chaque année et parfois après une longue absence. Ils ont échangé les dernières nouvelles et pris mesure de l'évolution professionnelle et personnelle de chacun. Les boissons chaudes et caféinées ont commencé à circuler. La présidente, Mlle Claire Verly, a alors ouvert solennellement l'Assemblée générale.


Dans son discours, la présidente a dressé le bilan de l'année écoulée. Notre association s'est montrée particulièrement active dans la mise en œuvre de ses projets. Ceux-ci sont désormais bien connus : les journées du Ludus, la matinée hellénique et le concours des Iuvenalia. L'ACFLA a en outre décidé de s'associer avec le CAF pour faire aboutir une initiative de Madame Simone Thonon : une activité destinée exclusivement aux élèves de quatrième année suivant l'option latine. Ce projet qui répond au nom de code « Artes » se concrétisera à partir de la rentrée 2012.


La présidente a réaffirmé sa foi profonde en la nécessité de poursuivre nos activités et de promouvoir le cours de latin auprès du plus grand nombre. Elle a cependant émis deux regrets. Le premier est de constater une trop faible affiliation de professeurs de latin de la Communauté française à notre association. Il serait judicieux de mieux entrer en contact avec eux et de les inciter à nous rejoindre. L'idée a été émise de leur offrir une plate-forme pour échanger des supports pédagogiques et des préparations scolaires. Le second est d'assister à une désaffection lente mais accentuée des élèves de la Communauté française pour l'option latine. Les causes sont mal élucidées mais ce phénomène doit sans doute être replacé dans le contexte plus vaste d'une perte d'élèves du réseau officiel au profit du réseau libre.


La présidente a conclu sur une note d'espoir : le bilan financier de l'ACFLA demeure florissant. Après avoir remercié tout un chacun pour sa participation à cette journée, elle a cédé la parole à la trésorière, Madame Carine Bamps. Cette dernière a pu confirmer l'annonce de la présidente et l'étayer par de nombreuses données chiffrées. L'ACFLA conclut l'année 2010 sur un bénéfice et peut envisager l'avenir avec une certaine sérénité. Comme chaque année, le financement a été assuré par les cotisations de nos membres, la subvention de la Communauté française et divers dons de généreux mécènes. Le poste de dépense le plus important reste le concours des Iuvenalia, dont les prix mobilisent l'essentiel des ressources.


La trésorière a rassuré professeurs et participants : cette année encore l'ACFLA mettra tout en œuvre pour offrir aux lauréats des récompenses de qualité. Elle a conclu son intervention en rappelant que les détails de la comptabilité demeurent à l'entière disposition de nos membres. La présidente a repris la parole pour remercier la trésorière et proposer une courte pause, le temps pour le conférencier d'installer son matériel et aux spectateurs impatients de prendre place dans notre auditoire.


Monsieur Paul Fontaine nous a alors emmenés dans un fabuleux voyage, loin dans le temps et l'espace, sur les ailes de Turms. Monsieur Fontaine est professeur d'archéologie et d'histoire ancienne aux Facultés Universitaires de Saint-Louis et membre étranger de l'Istituto Nazionale di Studi etruschi et italici de Florence. A ce titre, il a participé à de très nombreuses fouilles en pays étrusque et il suit au plus près l'évolution des découvertes archéologiques en la matière. Grâce à lui, nos membres ont pu être informés des dernières trouvailles. Car chaque jour (ou presque), la civilisation étrusque sort des ténèbres de l'Histoire et nous devient plus familière.


Monsieur Fontaine a dévidé le fil du temps, depuis la période villanovienne jusqu'à la chute des Tarquin. Il a ainsi dressé un panorama complet, nous emmenant aux quatre coins de l'Étrurie antique. Sous nos yeux ébahis, les Étrusques ont pris vie. Les objets de leur quotidien, leurs villes, leurs œuvres d'art se sont animés et nous ont fait rêver. Il faut avouer que Monsieur Fontaine, par sa parole et sa pédagogie, n'a pas son pareil pour ressusciter cette culture disparue.


La découverte qui aura le plus marqué les participants est sans aucun doute celle de la tombe dite « du Quadrige infernal ». Monsieur Fontaine l'avait réservée pour la fin de son exposé, histoire de conclure sur une note renversante. Il s'agit d'une tombe étrusque datant de la seconde moitié du IVe siècle AVJC et découverte en 2003, dans la Nécropole des Pianacce à Sarteano, en province de Sienne. Si la tombe est de facture classique, ce sont ses fresques qui ont retenu toute notre attention. La première présente Charun, le dieu psychopompe, conduisant un char tiré par deux lions et deux griffons. Le visage de la divinité a été peint de manière si vivace que certains d'entre nous ont pu le rapprocher du l'école de la ligne claire. Sur un autre pan de mur, a été représentée une scène de banquet : deux personnages masculins côté à côté, l'un plus âgé au visage boudeur, l'autre plus jeune tentant de l'apaiser par son sourire. Enfin, au fond de la tombe, un fantastique et terrifiant serpent à trois têtes dresse ses crêtes rouges et sa dentition carnassière.


C'est sur ce monstre de cauchemar et ce prodige artistique que s'est achevée la conférence. Monsieur Fontaine a été longuement applaudi par son auditoire, en conclusion de cette fructueuse matinée. Nos membres ont ensuite pris la route du restaurant le Midi 50, au Parc du Cinquantenaire, pour y dîner ensemble. Le menu se composait d'une soupe de légumes façon bouillabaisse, d'une lasagne de poulet et d'un fondant au chocolat. Chacun s'est accordé à trouver les mets délicieux et copieux tout à la fois. La photo ci-contre donne un aperçu du lieu.


Rassasiés, plongés dans une douce hébétude, puis redynamisés par un expresso des plus noirs, nos membres ont gagné le Musée d'Art et d'Histoire pour y retrouver nos amis du jour, les Étrusques. Ils ont visité l'exposition intitulée « Les Étrusques en Europe ». Les visiteurs y sont amenés à découvrir cette brillante civilisation en trois dimensions. Car c'est là la véritable originalité de l'exposition : son caractère multimédia innovant. Les sites, maisons, temples et nécropoles étrusques sont reconstitués virtuellement et accessibles aux visiteurs par le biais de casques audiovisuels dernier cri.


Le parcours proposé est spécifiquement destiné à un public jeune et l'emmène dans un paysage sonore et lumineux numériquement reconstitués. Nos membres ont donc retrouvé leur âme d'enfant et ont quitté pour quelques instants le monde réel. A la fin de leur parcours, ils ont pu admirer une sélection des plus belles pièces étrusques de la collection du Musée.


Sur le parvis du Musée, éblouis par le soleil de cette fin d'après-midi, nos membres se sont quittés, attristés de déjà devoir se séparer. Mais comme à chaque fois, ils s'en sont retournés, galvanisés par leur mission pédagogique, renforcés dans leurs convictions d'antiquistes et impatients de se retrouver bientôt, très bientôt…

                                                                                                                                                                                Naïm HERAGHI

  

ASSOCIATION DE LA FWB POUR LES LANGUES ANCIENNES

Activités

-

Assemblée générale

  

2011

Merci à nos partenaires de nous soutenir dans nos activités !

with (document){ document.write('
') if (iedom){ write('
') write('
') write('
') write('
') write('
') } else if (document.layers){ write('') write('') write('') write('') } document.write('
') } }