[creation site internet] [creation site web] [logiciel creation site] []
[01-8-Quaestiones]
[01-8-Quaestiones 2016]
[01-8-Quaestiones]
[01-8-Quaestiones]
[01-8-Quaestiones]
[00-Accueil]
[00-Accueil]
[]
[01-7- Bulletin]
[01-2- Assemblée générale]
[01-3- Concours d'Arpinum]
[01-9-Foire aux préparations]
[01-4- Iuvenalia 2017]
[01-5- Ludus Latinus]
[01-6- Matinée hellénique]
[01-8-Quaestiones]
[01-10-0000- Artes]
[02-1- Le mot de la Présidente]
[02-2- Objet et objectifs]
[02-3- Historique]
[02-4- Statuts]
[02-5-Conseil d'administration]
[02-6-Devenir membre]
[03-3-1- Pacte d'excellence]
[03-1-1- Annonces - Actuellement]
[03-2- Activités de nos partenaires]
[04-0-0- Leçons]
[04-1-1- Ressources pédagogiques-Table ronde 2012]
[04-3-1- Défense des langues anciennes]
[04-2- Contributions des élèves]
[04-4-1- Varia]
[04-5-1- Agenda]
[04-6-1- Lectures]
[04-7-1- Manuels]
[07-1- Disciplina]
[08-1-Latin]
[08-2-Grec]
[05-1- Prendre contact]
[05-2- S'abonner à la lettre d'information]
[06-1- Liens de nos partenaires]
[06-2- Facebook]

LE FOIE, VOUS DIS-JE !

COMPTE RENDU DES QUAESTIONES NATURALES

Le foie, le foie, et si c'était l'intestin ? Cet organe méconnu est l'objet d'un essai passionnant, Le charme discret de l'intestin. La jeune doctorante allemande Giula Enders y explique avec humour et pédagogie, son fonctionnement, ses humeurs et leur impact sur notre santé. Nous vous en recommandons sa lecture religieuse. Nous y avons consacré nos soirées, en préambule à la seconde édition des Quaestiones Naturales et au détriment d'une rétrospective Douglas Sirk. Jane Wyman et Rock Hudson attendront : le Musée de la Médecine nous appelle. Ce mercredi 24 février 2016, y avait lieu la seconde édition des Quaestiones Naturales, matinée scientifique, littéraire, festive et instructive destinée aux élèves de troisième année du cours de latin. Cette activité avait été portée l'année dernière sur les fonts baptismaux et vu son grand succès, reconduite. Nous vous rappelons son principe : chaque école participante y présente un atelier, conçu et animé par les élèves eux-mêmes. À cela s'ajoutent un atelier et une conférence, organisés par le Musée. Nous saluons ici l'investissement de ses représentants, Madame Lara de Mérode et Monsieur Paul Creusen, et les remercions de tout notre cœur. Leur gentillesse, leur disponibilité, leur culture et leur pédagogie ont contribué à la nouvelle réussite de cette matinée.

Les Quaestiones Naturales poursuivent plusieurs objectifs. Primo, faire découvrir aux élèves les conceptions baroques de la médecine antique, livrée autant à la science qu'à la magie. Secundo, mettre les élèves à la place de leurs professeurs. À eux de préparer l'atelier, de le rendre attractif, de l'animer, de retenir l'attention de leurs camarades et de leur transmettre leur savoir. La surprise s'est peinte sur de nombreux visages : ce n'est point si simple d'être enseignant... Tertio, sortir les élèves du cadre scolaire, les emmener dans un endroit inconnu et remarquable, leur faire rencontrer d'autres antiquistes. Miracle : la conscience leur vient qu'ils ne sont pas seuls au monde à suer sur leurs tableaux de déclinaison. Quarto, ériger des ponts entre écoles et musées, ainsi qu'entre disciplines scientifiques et littéraires. Choc pour certains : les sciences médicales, botaniques et pharmaceutiques empruntent l'essentiel de leur vocabulaire au latin et au grec ancien. La connaissance de ces langues aide à la réussite de ces études : euphémisme. Nous en discourrions des heures encore, mais nous entendons le gong : c'est notre présidente, Madame Claire Verly, donnant le coup d'envoi de la matinée. Nous embarquâmes dans le premier groupe.

Nous débutâmes par l'Athénée Royal Jean Absil d'Etterbeek, emmené par Madame Marie Faure. « Tout le monde veut être un Scipion», inspiré du célèbre jeu présenté par Nagui, est un abîme. Nous nous découvrons soudain ignares en matière de médecine antique. Carré, duo, cash, nous trouvâmes à peine une réponse. Nous nous élevons culturellement : des explications suivent chaque bruitage. Les questions s'enchaînent, les scores s'additionnent sur le tableau. Qui donc repartira avec le trophée de bonbecs ? Nous aurions dû réviser notre Larousse médical avant de venir... Les sucreries nous filent sous le nez, autant de caries en moins dans notre jolie bouche. Le gong : nous montons d'un étage et passons à l'Athénée Royal Jules Bordet de Soignies, emmené par Madame Dominique Peeters. Nos cinq sens sont flattés, notre intelligence aussi. L'atelier débute par une présentation fort pédagogique sur les plantes médicinales dont les Romains usaient pour se soigner. Des panneaux et deux élèves nous les présentent : fenouil, ail, thym, poivre, céleri, menthe, sans oublier la mandragore. Après les explications, la pratique : les animateurs sonégiens nous ont préparé une dégustation. Nous contemplons, touchons, flairons, goûtons et tâchons de reconnaître plantes et simples. Nous éternuons : c'est du poivre. Nous en redemandons : c'est du fenouil. La pièce finit par embaumer l'ail. Notre cuisine nous manque. Le gong à nouveau : nous descendons dans l'auditoire du musée.

L'Athénée Marguerite Yourcenar de Laeken nous attend, emmené par Monsieur Grégory Cromphout. L'Athénée recourt à la pédagogie active : ses élèves ont choisi une approche plus globale. Chine, Rome, Perse, Grèce, Inde, nous parcourons les contrées et les civilisations de l'Antiquité. Jeux, devinettes, énigmes, les participants cumulent les points en vue d'une autre récompense acidulée. Bien des dentistes vont être comblés. Nous voilà pendus : nous n'avons pas deviné « ayurvéda », médecine traditionnelle indienne. Nous fouillons de la farine à la recherche d'autres indices. Nous passons à des boîtes mystères, nous avions oublié à quel point le latin et l'école sont un jeu. Mais le gong déjà ! Vingt minutes imparties par séquence, c'est trop court ! Nous remontons au deuxième et sommes accueillis par l'Athénée Royal d'Uccle I, emmené par Madame Marie Vanden Broeck. Ciel ! Y a-t-il un médecin dans la salle ? Sous nos yeux ébahis, deux gladiateurs s'affrontent avec violence et fracas. L'un s'effondre à nos pieds, grièvement blessé. Anachronisme savoureux : le voici transporté dans un bloc opératoire moderne. À nous de l'opérer ! L'acteur cède la place à un jeu : un Docteur Maboul revisité. Avec des pincettes, nous sondons les plaies et en retirerons des organes vitaux, pour mieux les étudier et découvrir leur nom latin. Le patient résiste, il est sauvé par le gong.

Nous revenons dans la galerie historique, à la découverte des collections du Musée. Madame de Mérode nous guide à travers les vitrines grecques et romaines ; Monsieur Creusen, à travers les vitrines égyptiennes. Les deux experts nous dévoilent les mystères des curieux objets exposés. Nous apprenons les techniques d’embaumement et les rituels sacrés de l’Égypte antique. Chiron, Esculape, Hygie, Apollon et Panacée reprennent vie. Nous scrutons figurines et artefacts en quête d’un caducée, d’un serpent, d’une constellation. Mais quel rapport avec le coq et le chien ? Le premier chante le lever du jour, la victoire de la vie sur les ténèbres. Le second, dans le sanctuaire d’Épidaure, lèche les plaies et les guérit. Une méthode à ne pas essayer chez soi… Nous sommes rejoints par trois étudiantes de l’ULB, inscrites en gestion culturelle et stagiaires du réseau des musées de l’université. Nous échangeons nos points de vue. Nous recevons des compliments, cela nous réchauffe le cœur. Trois coups de gong : les ateliers sont terminés ! Déjà ! Chacun remballe ses affaires, ramasse ses gladiateurs morts et ses morceaux de fenouil, regagne l’auditoire. Monsieur Creusen nous offre une autre magistrale présentation, répondant aux questions qui lui ont été soumises par les élèves. Tout y passe, des grandes épidémies aux maladies psychosomatiques, en passant par les placebos, les strigiles et les fractures. Le questionnement est encyclopédique.

Midi et demie, la conclusion et la séparation. Chacun s’en retourne ravit. Les langues anciennes ont remporté une autre victoire. Combien de Louis Pasteur, de Robert Koch, d’Alexander Fleming, de Françoise Barré dans la salle ? Qui marchera dans les pas de Corneille Heymans, Albert Claude et Christian de Duve, nos prix Nobel de médecine belges ? L’avenir nous le dira…

Naïm HERAGHI

ASSOCIATION DE LA FWB POUR LES LANGUES ANCIENNES

Quaestiones Naturales 2016

Activités

-

Quaestiones Naturales

Merci à nos partenaires de nous soutenir dans nos activités !

with (document){ document.write('
') if (iedom){ write('
') write('
') write('
') write('
') write('
') } else if (document.layers){ write('') write('') write('') write('') } document.write('
') } }